La revue et le mouvement Psy Cause associent des professionnels de différents pays et de plusieurs disciplines, qui s'expriment en langue française pour valoriser le champ de la psychiatrie. Ce site leur appartient.

Visite du Pr Drissa Koné à Avignon, les 12 et 13 juillet 2017

La venue à Avignon du Pr Drissa Koné, Professeur de psychiatrie à l’Université d’Abidjan et tête de file de la psychiatrie ivoirienne, fait suite à une invitation formulée par le Président de Psy Cause International, le Dr Jean Paul Bossuat, lors du second congrès de la SASM (Société Africaine de Santé Mentale) de mars dernier à Abidjan. Cette visite, avant tout amicale, mais également de travail, s’inscrit dans la continuité de huit années (depuis 2009) d’implication très active de la revue Psy Cause en Côte d’Ivoire.

 

Les échanges avignonnais, avec en soirée du 12 juillet la présence du vice Président de Psy Cause International, le Dr Thierry Lavergne, ont porté sur le fonctionnement de la section Psy Cause Côte d’Ivoire dont le Pr Drissa Koné est le Premier Administrateur, section qui ne cesse d’accroitre le nombre des abonnés, le futur congrès de Lomé, la proposition du psychiatre Montréalais, le Dr Pierre Lalonde, de diffusion de son manuel de psychiatrie clinique dans les universités africaines, et l’approfondissement des liens entre Psy Cause et l’Université de Cocody Abidjan.

 

Le programme culturel de la visite du Pr Drissa Koné est bien évidemment centré sur le Festival qui positionne, depuis plus d’un demi siècle chaque mois de Juillet, la ville d’Avignon en tant que haut lieu de culture. En cette année 2017, l’Afrique est particulièrement à l’honneur : notre hôte parcourt les salles médiévales du Palais des Papes qui sont la première étape de l’exposition « les Eclaireurs, sculpteurs d’Afrique » issue de la collection Blachère. Le mariage entre le cadre historique du haut lieu de la papauté et diverses œuvres saisissantes d’auteurs issus de divers pays d’Afrique Subsaharienne, est très réussi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après un dîner convivial en terrasse sur la place du Palais des Papes, le son de la trompette appelle à entrer dans la cour d’honneur de cet édifice pontifical pour un spectacle de théâtre : Antigone de Sophocle revisitée par une troupe japonaise. Satoshi Miyagi est un acteur et metteur en scène très connu au Japon, en particulier pour sa mise en scène qui intègre à un répertoire classique grec ou européen une gestuelle inspirée de la tradition japonaise. Il base la technique de ses acteurs sur la formule « deux acteurs pour un rôle », laquelle est on ne peut plus en phase avec les chœurs de la tragédie grecque. À partir de 1995, Satoshi Miyagi est reçu dans les plus grandes institutions internationales.

 

En cette soirée du 12 juillet, le spectacle se déroule à guichets fermés devant un public de plus de mille spectateurs. Les acteurs semblent flotter sur l’eau du fleuve Styx, lieu de passage entre la vie et la mort d’où émergent quelques rochers habités par des vivants déjà pénétrés par une implacable logique mortifère. Le regard croisé du texte de Sophocle et de l’esthétique de Satoshi Miyagi saisit les spectateurs sur des ressorts psychologiques de la destinée humaine qui génèrent des choix (ici celui d’Antigone) avant la traversée du Styx qui s’impose à tous, plus ou moins tard (ou tôt). Un bon sujet pour les trois psychiatres présents qui œuvrent dans Psy Cause (le Pr Drissa Koné, les Drs Jean Paul Bossuat et Thierry Lavergne).

 

S’achevant un peu avant minuit, le spectacle est chaleureusement applaudi par un public conquis. Il s’inscrit dans la tradition des grands moments prestigieux du Festival de théâtre d’Avignon dans la cour d’honneur du Palais des Papes. Cette première journée s’achève par une déambulation dans les rues du cœur d’Avignon habitées par le jeu des acteurs et l’esprit de fête. L’excentricité y côtoie la bonne humeur. La rue est en elle même une mise en scène du mariage entre la liberté et la joie de vivre, une réponse aux intolérances et aux fascismes de tout poil dont les policiers en arme nous rappellent çà et là la menace.

 

 

 

 

Le 13 juillet, le programme se poursuit avec l’incontournable visite du Pont d’Avignon chanté sur tous les continents par les connaisseurs de la langue française, aussi célèbre, sinon plus encore, que la palais médiéval qui fut un temps le centre du gouvernement de la chrétienté catholique. Ce pont, partiellement conservé, associe l’architecture militaire et le pouvoir religieux, à la métaphore légère d’hommes et de femmes qui ne cessent de se relayer dans une danse intemporelle réglée par des codes courtois. La chanson « Sur le pont d’Avignon » a été popularisée en 1853 dans le cadre d’un opéra comique par le compositeur Adolphe Adam. Inconnue jusqu’alors, elle remonterait néanmoins (peut être) aux années 1400, c’est à dire qu’elle pourrait être un écho lointain de la grande époque de la cité.

 

La visite du pont s’achève par quelques pas de danse devant les paroles de la chanson mythique dans la salle d’accès au pont, par chacun. Ce moment clôture symboliquement la visite du Pr Koné portée par une sincère amitié.

 

Jean Paul Bossuat

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Écrire les chiffres et les lettres apparus ci-dessous, dans le rectangle en dessous

2 Commentaires

  1. Nul doute que le lieu le plus approprié pour recevoir le Pr. Drissa Koné dans le cadre amical d’échanges avec nos amis africains, était la cité des papes avec son célèbre festival.
    C’est en donnant que l’on reçoit, et ce déplacement(plus que réussi) affectera encore plus cette amitié professionnelle et personnelle de PSY CAUSE.

  2. le 18 juillet 2017

    Quel plaisir de m’associer par la pensée à cette expérience de rencontre assez hors de l’ordinaire dans une endroit extraordinaire.

    Merci pour le compte-rendu bien vivant comme à l’habitude de Jean-Paul et les bonnes photos.

    Au plaisir,

    Marcel Hudon,
    Montréal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA
Change the CAPTCHA codeSpeak the CAPTCHA code